Cholestérols : comment s’y retrouver ?

[05 novembre 2004 - 00h00]

Le cholestérol, c’est l’un des principaux responsables des maladies cardio-vasculaires. Il fait figure d’ennemi public n°1, en matière de santé publique ! Il n’est donc pas étonnant que votre médecin s’intéresse à votre cholestérolémie.

Mais il faut aussi savoir qu’il y a cholestérol et cholestérol… Et déjà, savez-vous que le cholestérol en soi n’est pas une graisse mais un alcool gras ? Qu’il est présent dans chacune de nos cellules, et qu’on peut donc difficilement le considérer comme un  » envahisseur  » étranger à notre corps, puisqu’il entre dans la composition de la bile, des tissus cérébraux, des fibres nerveuses, du foie, des reins et même du sang… Mais lorsqu’il est en trop grande quantité, il se dépose sur les parois des artères. Il les épaissit et les durcit. C’est ainsi qu’il se trouve à l’origine des maladies cardio-vasculaires.

Le cholestérol a plusieurs origines. Notre organisme en fabrique une bonne partie (60% à 80% du total) alors que notre nourriture n’en apporte qu’une minorité. Et les propriétés du cholestérol ne sont pas les mêmes, selon qu’il est contenu dans des protéines – les lipoprotéines – de densités différentes. Les lipoprotéines de faible densité (que les biologistes appellent VLDL et LDL) contiennent ce qu’il est convenu d’appeler le  » mauvais  » cholestérol. Leur rôle est de fournir du cholestérol aux tissus, alors que les lipoprotéines de haute densité (HDL) ont une fonction régulatrice. Elles agissent comme un filet à papillons, récupérant à la surface de chaque cellule le cholestérol excédentaire pour le ramener au foie où il sera détruit et éliminé par la bile.

Sachez lire vos analyses

Le taux de cholestérol augmente progressivement tout au long de la vie. Dans nos pays, la moyenne  » normale  » du cholestérol total se situe aux alentours de 2 grammes par litre de sang (2 g/l). Encore faut-il ne pas perdre de vue que les mêmes chiffres n’ont pas nécessairement la même signification chez 2 personnes différentes et que ce n’est pas tant au cholestérol total auquel il convient de s’attacher, qu’au rapport entre HDL et LDL cholestérol…

Votre médecin saura déchiffrer les résultats de vos examens et vous les expliquer. En fonction de ses commentaires, vous comprendrez mieux votre  » bilan lipidique « . En cas d’anomalie, il prescrira un régime qui, privilégiant les bonnes graisses, les protéines d’origine végétale et les sucres d’absorption lente, éliminera les mauvaises graisses – souvent d’origine animale – et viendra le plus souvent à bout du problème. Et le cas échéant, il complétera son action par des médicaments spécialement adaptés. L’important, c’est de s’en apercevoir assez tôt…

Partager cet article