Les apnées du sommeil attaquent le cerveau

[18 novembre 2010 - 14h40] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h41]

Des chercheurs italiens ont découvert que le syndrome d’apnées obstructives du sommeil (SAS) « entraînait des dommages au niveau de la matière grise cérébrale ». Bonne nouvelle cependant, ces atteintes seraient « partiellement voire totalement réversibles à la mise en place d’un traitement ».

Le Dr Vincenza Castronovo et son équipe à Milan, ont étudié le sommeil de 32 patients souffrant de SAS. A partir d’imageries par résonnance magnétique (IRM), ils ont noté des « changements structurels » dans certaines parties du cerveau. Dont la matière grise.

« Ces dommages sont vraisemblablement liés à la privation temporaire d’oxygène qui accompagne généralement les apnées du sommeil », explique Vincenza Castronovo. Elle assure toutefois, qu’un traitement par pression positive continue (PPC) permet de revenir à l’état antérieur. « A condition soit mis en place le plus précocement possible ».

Rappelons que le SAS est caractérisé par la survenue répétée, au cours du sommeil, d’obstructions complètes ou partielles des voies aériennes supérieures. Elles sont responsables d’arrêts respiratoires – les apnées – qui peuvent durer une dizaine de secondes. D’après le Comité national contre les Maladies respiratoires (CNMR), 2% des hommes et 4% des femmes seraient concernés.

Partager cet article