Votre cœur aime-t-il la montagne ?

[01 mars 2012 - 14h32] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h50]

L’Association des Médecins de montagne est formelle. Si vous souffrez d’une maladie cardiaque ou d’une insuffisance respiratoire, vous devez éviter de fréquenter les stations de haute-altitude. En d’autres termes, toutes celles dont les espaces résidentiels sont situés au-dessus de 2 000 mètres. Voici les conseils du Dr Jean-Baptiste Delay, Président de l’Association.

Un test d’effort avant de partir ? « Chacun peut profiter des sports d’hiver », nous a-t-il confié. « Il n’empêche que pour les patients souffrant d’une pathologie cardiaque, il est essentiel de consulter leur cardiologue avant de partir. En fonction de leur état de santé et de l’altitude de la station, ce dernier leur proposera un test d’effort ».

Vous êtes concerné ? Cette recommandation vaut… prescription. A la montagne en effet, vous serez amené à faire des efforts qui, combinés avec le froid et la fatigue, peuvent être à l’origine d’un infarctus du myocarde. Mais de manière générale si la maladie coronarienne pour laquelle vous êtes suivi est stable et bien contrôlée, il n’y a aucune raison de vous priver d’un bol d’air frais…

Ayez toujours vos médicaments sur vous ! « Quant aux malades souffrant d’une BPCO, ils devront prendre conseil auprès de leur pneumologue avant de monter dans une station d’altitude ». Les asthmatiques pour leur part, ne posent aucun problème. « Une seule exigence, s’assurer d’avoir en permanence son traitement avec soi. Car le froid associé à l’air sec, peut déclencher une crise d’asthme ». Et en altitude, ce type d’accident peut vite tourner à la panique, avec des conséquences potentiellement dramatiques.

Jean-Baptiste Delay se veut toutefois rassurant. Il insiste ainsi, sur le fait que pratiquement tout le monde peut séjourner en altitude. La seule règle est de bien préparer ses vacances… et d’en parler au préalable avec son médecin traitant.

Partager cet article