Alimentation : des étiquettes plus informatives mais (encore) moins lisibles ?

[26 avril 2011 - 16h14] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h44]

Les étiquettes de nos aliments seront-elles bientôt plus compréhensibles ? Rien ne paraît moins sûr… Le Parlement européen et le Bureau européen des Unions de Consommateurs (BEUC) ont en effet des conceptions radicalement différentes d’une étiquette « lisible »… Le premier s’est il est vrai, tout juste prononcé en faveur d’un étiquetage nutritionnel qu’il juge plus « lisible » sur l’emballage des produits alimentaires. Le BEUC pour sa part, estime qu’il y a régression…

Les députés soulignent qu’ils sont pour l’indication obligatoire d’un « tableau lisible sur l’emballage », de tous les produits. Tableau qui devra contenir des « informations nutritionnelles essentielles », telles que la valeur énergétique, la quantité de lipides, d’acides gras saturés et d’acides gras trans, de glucides, de sucres, de protéines et de sel.

En revanche, le texte n’impose pas aux industriels de porter ces informations sur la face avant des emballages. C’est ce que demandait le BEUC. « Cela signifie que les acheteurs ne pourront ni trouver ni comparer facilement les informations concernant la composition des produits alimentaires. Ils devront les chercher en retournant tous les emballages dans tous les sens ». La comparaison d’un produit à l’autre en effet, sera très difficile dans ces conditions.

Les consommateurs saluent toutefois « quelques améliorations ». Comme par exemple, l’obligation de mentionner le pays ou le lieu d’origine des produits, obligation étendue à toutes les viandes. Y compris les volailles. A terme donc, les étiquettes devraient aussi indiquer le lieu de naissance, d’élevage et d’abattage de l’animal ! Bref, encore plus de lecture en perspective…

Partager cet article