Appât du gain : quand le cortex nous joue des tours

[04 octobre 2010 - 09h47] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h40]

Sexe ou argent : des chercheurs français du CNRS ont identifié les zones cérébrales qui seraient spécifiques à chacun de ces « plaisirs ». Leur découverte ouvre des pistes intéressantes pour la compréhension de pathologies comme l’addiction au jeu, par exemple.

Jean-Claude Dreher et son équipe, du CNRS/Université Claude Bernard Lyon 1, ont soumis 28 volontaires à une expérience originale. Ils ont en effet participé à différents jeux, associés à des récompenses de types différents. Il pouvait s’agir en effet d’argent ou… d’images érotiques ! Au cours de cette expérience, leur activité cérébrale a été enregistrée à l’aide d’un appareil d’imagerie par résonnance magnétique (IRM).

Les chercheurs ont constaté que « la valeur des récompenses était effectivement traitée dans des régions cérébrales partiellement communes », au niveau du cortex orbito-frontal. En approfondissant la question, ils se sont toutefois rendu compte que la partie postérieure du cortex « était activée spécifiquement par les images érotiques ». Et la partie antérieure, par les gains matériels. Au sein même du cortex orbito-frontal, il existerait donc des « régions » distinctes correspondant à des récompenses spécifiques. Cette découverte d’importance devrait déboucher sur d’autres travaux. Ceux-ci devraient à leur tour, permettre de « mieux comprendre certaines maladies psychiatriques, notamment l’addiction aux jeux d’argent ».

Partager cet article