Cancer colorectal : dépistage à la traine

[07 mars 2011 - 08h55] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h43]

La France accuse encore un retard très important dans le dépistage du cancer colorectal. Mais elle se soigne, si l’on ose dire… Depuis 2009, une campagne nationale a été mise en place. A l’occasion du lancement de la mobilisation « Mars bleu » – en quelque sorte un clin d’œil à l’« Octobre rose » consacré au dépistage du cancer du sein… – l’Institut de Veille Sanitaire (InVS) publie les résultats décevants de la première année de ce dépistage généralisé (2009-2010). Les pouvoirs publics espèrent une augmentation rapide de la participation.

« Sur la période 2009-2010, la participation nationale s’est élevée à 34% », indique l’InVS. Sur les 17 millions de seniors de 50 à 74 ans invités à faire le test Hémoccult® qui recherche le sang occulte dans les selles, un peu plus de 5 millions se sont déplacés. Inférieur à l’« objectif européen minimal acceptable » de 45% de participation, ce taux est plus élevé chez les femmes (36,5 %) que chez les hommes (31,4 %).

En termes de répartition géographique, la région Bourgogne (52,4 %) est le meilleur élève tandis que le bonnet d’âne revient à la Réunion avec seulement 23,5% de participation. Une comparaison plus détaillée au niveau départementale révèle que « seuls 8 départements (Ardennes, Côte-d’Or, Haut-Rhin, Indre-et-Loire, Isère, Loire-Atlantique, Lot-et-Garonne, Saône-et-Loire) atteignent ou dépassent le seuil minimal acceptable de 45 % de participation ». Les taux les plus élevés sont observés en Côte-d’Or et en Saône-et-Loire (55 % de participation). Le département de la Haute-Garonne en revanche, se caractérise par le taux le plus faible avec 16,4 %.

Le plan cancer 2009-2013 a fixé comme objectif une augmentation de 15 % de la participation au dépistage organisé. Il est essentiel d’y parvenir ! Le cancer colorectal est en effet le troisième cancer le plus fréquent en France, après ceux de la prostate et du poumon. Environ 40 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année… parfois trop tard alors que ce cancer, pris à temps, est parfaitement guérissable. Résultat, il reste la deuxième cause de mortalité par cancers dans notre pays, après celui du poumon. Plus de 17 400 décès ont été recensés en 2010.

Pour plus d’information :
- Un film pédagogique accessible sur le site de l’INCa ;
- Les <a href="https://destinationsante.com/IMG/pdf/participation_c_colorectal_2009_2010_cartes(1).pdf » target= »_blank »>cartes de la participation selon les départements.

Partager cet article