Du bisphénol A dans la soupe !

[23 novembre 2011 - 15h08] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h48]

On le savait déjà : le bisphénol A migre au sein des aliments chauffés dans les plastiques de type polycarbonate. Devrons-nous désormais nous méfier aussi des aliments en boîtes ? En effet, une équipe américaine a découvert des concentrations anormalement élevées de ce perturbateur endocrinien chez certains consommateurs de soupes industrielles !

Ce ne sont pas des « yeux » qu’ il y a dans le potage ainsi que le suggère un dicton populaire, mais bel et bien du bisphénol A (BPA). D’après un travail mené par des chercheurs de la Harvard School of Public Healthà Boston (Massachussetts), cette molécule reconnue cancérogène pour l’homme, est présente dans certains aliments, et non pas seulement dans leurs emballages.

Deux groupes de volontaires rassemblant au total 75 sujets, se sont vu proposer pendant 5 jours de suite et alternativement, de la soupe en boîte et de la soupe préparée à base de légumes frais. Les membres du premier groupe ont d’abord absorbé durant 5 jours de la soupe fraîche, tandis que ceux du second se voyaient proposer de la soupe en boîtes pendant la même période. Puis après 2 jours de « repos », le régime des deux groupes a été inversé : soupe en boîte dans le premier, soupe fraîche pour le second…

Les résultats ont été spectaculaires. Dans chacun des deux groupes en effet, le taux urinaire de bisphénol A s’est trouvé augmenté de… 1 000% au moment de la consommation de soupe en boîtes. C’est-à-dire qu’il a été multiplié par un facteur onze ! « Nous ne nous attendions pas à de tels résultats », souligne Karin Michels, l’un des auteurs de l’étude. « De tels taux peuvent être préoccupants pour ceux qui consomment quotidiennement ces aliments. »

Des conserves à éviter?

Ce travail est l’un des tout premiers à quantifier le taux de BPA chez l’homme après consommation d’aliments en conserve. Ces résultats sont-ils « transposables » à la France où les soupes en conserve sont le plus souvent vendues en « briques » et autres contenants plastiques ?

Pour Jenny Carwile qui a elle aussi participé à cette publication, « d’autres études ont mesuré le BPA dans différents aliments en conserve. Nous estimons donc que la consommation de ces produits entraînerait les mêmes effets ». Elle précise cependant que les soupes en brique n’ont pas été étudiées. Aucune conclusion ne peut donc être tirée les concernant. En revanche, les boissons contenues dans des canettes exposeraient elles aussi au risque de migration du bisphénol A.

Rappelons que le BPA est une molécule perturbatrice du système endocrinien. Elle jouerait un rôle dans les maladies cardio-vasculaires, les cancers hormonodépendants, le diabète et l’obésité chez l’homme. Pour toutes ces raisons, les auteurs préconisent son éviction de tous les contenants alimentaires. Cependant, en l’absence de substitut le BPA ne sera définitivement interdit en France qu’au 1er janvier 2014.

Partager cet article