Extraits thyroïdiens : un mort, 16 personnes hospitalisées

25 avril 2006

D’après le ministère de la Santé, 16 personnes ont été hospitalisées après avoir consommé une préparation à base d’extraits thyroïdiens délivrée par la pharmacie Demours à Paris. L’une d’elle est décédée la semaine passée à l’hôpital Saint-Antoine.

« Deux patients sont encore dans un état sévère, huit se sont sensiblement améliorés et trois sont dans un état satisfaisant » explique le ministère. A ce jour, 49 personnes ont été identifiées comme ayant reçu ces préparations à visée amaigrissante.

« Le problème apparaît aujourd’hui localisé aux produits prescrits par un médecin et délivrés par la pharmacie Demours » poursuit le ministère. Les premières analyses ont montré la présence dans les gélules, « non seulement de glande thyroïde de porc mais également d’une substance d’origine thyroïdienne en quantité importante, étrangère à la préparation prescrite. Cette substance est en cours d’identification« .

Le ministère a d’ores et déjà demandé à l’AFSSaPS et au Conseil national de l’Ordre des Pharmaciens de diffuser « dans les meilleurs délais une information sur les bonnes pratiques en matière de traitements amaigrissants« , en particulier à destination des pharmaciens. Il va également engager une « enquête approfondie sur l’étendue de l’utilisation de préparations magistrales dans les traitements amaigrissants en France« . Et souhaite enfin que « soient prises sans délai toutes les mesures permettant d’interdire ce type de préparations magistrales à base d’extraits thyroïdiens et leur prescription« .

Rappelons qu’il s’agit de gélules de petites tailles, blanches et bleues, conditionnées dans un pot en plastique cristal, fermé par un bouchon blanc et délivrées par la pharmacie Demours, située 80 rue Prony à Paris 17ème. « Les personnes qui ont reçu ces gélules doivent cesser de les prendre et, en cas d’apparition de palpitations, fièvre, vomissements, diarrhées, troubles de la conscience, et/ou déshydratation, doivent consulter rapidement leur médecin traitant ou un service d’urgences médicales en signalant ce traitement« . Elle peuvent aussi se signaler au 06 85 33 36 20.

  • Source : Ministère de la Santé, 25 avril 2006

Aller à la barre d’outils