D’ici la fin de l’année, de nouveaux avertissements sanitaires sous forme d’images chocs devraient apparaître sur les paquets de cigarettes vendus en France. Une bonne nouvelle pour le Comité national contre le tabagisme (CNCT) qui rappelle que 23 pays ont déjà adopté cette mesure, avec des résultats encourageants. En revanche du côté des débitants de tabac, c’est un autre son de cloche.

Dans une lettre ouverte au Président de la République, ils attirent l’attention sur le risque, selon eux, « d’engendrer une augmentation du nombre de fumeurs chez les jeunes. (Ces derniers) seraient (alors) incités à collectionner les paquets de cigarettes comme des ‘vignettes Panini gore’ ».

« Bien au contraire » insiste le CNCT. « Une vingtaine d’études sur l’impact de ces visuels a été réalisée dans le monde et aucun phénomène de collection de ce type n’a été constaté ». L’exemple du Canada est parlant : ayant adopté depuis de nombreuses années la tactique des images repoussantes, le pays connaît aujourd’hui un des taux de tabagisme chez les jeunes les plus faibles au monde. Seuls 15% des 15-19 ans y fument alors qu’en France ils sont plus du double (33% selon l’Enquête ESCAPAD 2005 de l’Observatoire français des Drogues et des Toxicomanies) à fumer régulièrement.

Par ailleurs, une étude menée en 2008 par l’Institut national du Cancer (InCA) prouve l’efficacité des images chocs. Réalisé en France auprès d’un échantillon représentatif de personnes âgées entre 15 et 45 ans, ce travail « montre que ces visuels réduisent fortement l’envie de fumer des adolescents et renforcent l’envie de ne pas commencer » conclut le CNCT.

Partager cet article