L’obésité est souvent présentée comme une maladie des pays riches. Marquisa de La Velle, de l’université de Rhode Island aux Etats-Unis, s’inscrit en faux contre cette vision… simpliste. « L’obésité touche également les populations des pays en développement. Et en particulier les enfants »,affirme-t-elle. Elle souligne également que « les habitants de ces pays ne sont pas immunisés contre l’épidémie d’obésité ». Loin de là !

En Chine la proportion d’individus en surpoids est passée de 10% à 15% en à peine trois ans. Au Brésil et en Colombie elle avoisine les 40%, comme dans la plupart des pays développés. Même l’Afrique subsaharienne n’est pas épargnée. En zone urbaine, les femmes sont les plus touchées.

Les données sur l’obésité montrent que les carences qui affligent les personnes sous-alimentées concernent aussi les victimes du surpoids. En premier lieu la carence en fer. Quant au déficit en vitamine A, il continue de provoquer la cécité à grande échelle parmi les moins de 5 ans.

Aujourd’hui dans le monde, il y a autant d’individus en surpoids que d’individus trop maigres. Et tristement, les nations en développement sont venues rejoindre les rangs des pays riches accablés par l’obésité.

Partager cet article