Ordures ménagères : des nids à maladies

[12 novembre 2007 - 00h00]

Les dépôts d’ordures ménagères représentent non seulement une pollution « esthétique » du cadre de vie, mais ils sont surtout une source très diverse de maladies. Paludisme, intoxications alimentaires, fièvre typhoïde, choléra… Les ordures ménagères, ce sont l’ensemble des déchets et détritus de la vie quotidienne, ceux dont on se débarrasse tous les jours parce qu’ils sont devenus encombrants ou indésirables.

Or l’accumulation des ordures ménagères dans une ville, quelle qu’en soit la cause, porte préjudice à la santé. Elles peuvent être à l’origine de la prolifération de microbes, parasites et autres vecteurs de maladies. Par ailleurs, la putréfaction engendre des odeurs incommodantes et vapeurs irritantes, susceptibles de provoquer des phénomènes allergiques voire des pneumonies. En effet lors de la putréfaction, les ordures ménagères dégagent des gaz toxiques, comme l’hydrogène sulfureux, le méthane, le dioxyde de carbone…

Cependant le principal risque de l’accumulation des ordures, c’est la prolifération des microbes et parasites de toutes sortes, ainsi que des animaux qui vivent de ces reliefs : salmonelles, mouches, moustiques, rats, souris. Autant de compagnons à l’origine de parasitoses diverses : paludisme, intoxications alimentaires, fièvre typhoïde, choléra mais aussi la peste…

Ce n’est pas tout. De récentes études ont montré que les décharges paraissaient impliquées dans la survenue de malformations génétiques, parmi des enfants nés de parents résidant à moins de 3 km d’un site. Rappelons que selon l’OMS, l’insalubrité de l’environnement tue chaque année 3 millions d’enfants dans le monde.

Partager cet article