Eh bien ne sous-estimez pas l’importance de ce signe d’appel. Lors d’une récente réunion à Chicago de l’American College of Gastroenterology le Dr Joel Richter de Cleveland (USA), a ainsi rappelé que « les brûlures oesophagiennes ne devraient pas être traitées par le mépris ». S’il est vrai que certains médicaments librement accessibles au grand public peuvent soulager ces troubles lorsqu’ils se manifestent de façon épisodique, « toute personne qui éprouve ce type de brûlure 2 jours par semaine ou plus doit absolument consulter un médecin ».

Cette sensation de « gorge qui brûle » est en effet due à un phénomène qu’on appelle le reflux gastro-oesophagien. Ce dernier est provoqué par la remontée d’une partie du bol alimentaire dans l’oesophage, dont la constitution ne lui permet pas de supporter ce contact très acide. Répété trop souvent, ce phénomène risque selon le médecin américain d’entraîner « des érosions de l’oesophage, des troubles respiratoires ou même des lésions précancéreuses qu’on appelle un oesophage de Barrett ». C’est la raison pour laquelle un traitement médical spécifique et un suivi régulier sont recommandés en cas de troubles répétés.

Partager cet article