Aphasie : informer pour soutenir les patients

[14 octobre 2016 - 10h01] [mis à jour le 14 octobre 2016 à 10h03]

La perte totale ou partielle de la capacité à communiquer, c’est-à-dire de parler ou de comprendre. Ainsi caractérisée, l’aphasie est un trouble très handicapant, souvent provoqué par un accident vasculaire cérébral (AVC). Pour en parler et soutenir les victimes et leurs proches, la FNAF prévoit des rendez-vous dans plusieurs villes de France au long de la semaine nationale de l’Aphasie, du 17 au 22 octobre.

Rencontres, débats et émissions sur l’aphasie. Partout en France, la Fédération nationale des Aphasiques de France (FNAF) organise des événements à l’occasion de la semaine nationale dédiée. Objectif, informer sur ce trouble. « Il est important que toutes les victimes et leurs proches soient entourés et aidés pour comprendre et faire face aux difficultés liées à l’aphasie », souligne la FNAF. Cet événement est l’occasion de « redonner la parole aux aphasiques en les invitant à participer à toutes les rencontres prévues ».

Une rééducation et un soutien psychologique

L’aphasie, quel que soit l’âge de la victime, fait suite à une lésion cérébrale. Celle-ci peut être de différentes natures : AVC, tumeurs ou encore traumatismes crâniens… « Seule la rééducation permet de récupérer », souligne la FNAF. Le suivi orthophonique notamment peut permettre à une victime de retrouver les moyens de communiquer à nouveau.

Sans oublier l’importance du soutien psychologique. « Or la plupart du temps le soutien psychologique est insuffisant en France et il faut le développer », souligne la Fédération. En effet, la vie de la famille est souvent très perturbée par la survenue de l’accident et de ses conséquences. C’est difficile, « pour l’aphasique évidemment qui se trouve muré, mais aussi pour les proches ». De plus, des problèmes de réinsertion sociale se posent. « Ne pas pouvoir communiquer est un handicap lourd, même s’il n’est pas moteur », conclut-elle.

Chaque année en France, 155 000 personnes sont victimes d’un AVC. Parmi elles, 30 000 deviennent aphasiques. Les AVC constituent, dans notre pays, la 3e grande cause de mortalité et la première cause de handicap acquis.

Retrouvez le programme des animations (rencontres, débats…) par département sur www.aphasie.fr.

Partager cet article