Violences sexuelles : 93% des agressions sont conjugales

[21 novembre 2014 - 15h55] [mis à jour le 21 novembre 2014 à 15h56]

Dans le monde, 1 femme sur 3 a été victime de violences conjugales au moins une fois dans sa vie. Dévoilé le jeudi 20 novembre dans la revue américaine The Lancet, ce chiffre édifiant rappelle trois urgences : mieux détecter les situations à risque, renforcer la prise en charge des femmes et jeunes filles vulnérables et inciter les autorités à renforcer leurs interventions sur le terrain.

Cette dernière décennie, les autorités sociales et sanitaires ont certes pris conscience de l’urgence à aider les femmes victimes de violences. De plus en plus, des textes de loi s’emparent de cette problématique. Le tissu associatif intervenant auprès des victimes ne fait que s’étendre. Mais ces progrès ne permettent pas d’enrayer ce fléau.

« Malgré l’intention générale portée par la société sur cette question, le taux de femmes confrontées à ces agressions ne cesse de prendre de l’ampleur », décrivent par ailleurs les auteurs de la synthèse d’études publiée dans The Lancet. Ainsi, à travers le monde, un tiers des femmes a déjà été victime de sévices, perpétrés par leur partenaire. « Dans 7% des cas répertoriés, l’agression physique et/ou sexuelle provenait d’un parfait étranger ».

Trois millions d’Africaines mutilées

Entre 100 et 140 millions de femmes auraient subi une mutilation génitale. « Parmi ces victimes, 3 millions vivent en Afrique ». Par ailleurs, pas moins de 70 millions de mineures – victimes de manipulation morale – ont été mariées précocement et de force.

Un bilan des plus rudes, et pourtant ces chiffres seraient bien en deçà de la réalité. Dans les pays développés notamment, beaucoup d’agressions passent inaperçues. Victimes souvent envahies par la peur, nombreuses sont les femmes qui n’osent pas dénoncer leur agresseur, et restent dans le silence. Raison pour laquelle il est urgent de « lutter pour l’égalité des genres afin d’aider les femmes exposées à cette discrimination trop souvent invisible ».

Mais certains obstacles perdurent. Les ressources financières manquent pour que les médecins et les acteurs sociaux (assistants sociaux, psychologues…) viennent effectivement en aide à toutes les femmes. Enfin, « la plupart des gouvernements ne se donnent pas suffisamment les moyens d’intervenir », expliquent les experts de l’OMS. « Des textes sont écrits, mais il faut maintenant investir sur le long terme : consacrer un budget suffisant afin de prévenir le risque de violences et mieux accompagner les victimes ».

Partager cet article