Le Niger veut en finir avec le tétanos maternel et néonatal

[02 juillet 2007 - 10h33] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h29]

Une vaste campagne de vaccination contre le tétanos maternel et néonatal vient d’être lancée au Niger. Objectif : éliminer cette maladie d’ici 2010, alors que dans ce pays, un petit sur cinq meurt avant son cinquième anniversaire. Et que la mortalité maternelle (646 pour 100 000) y est l’une des plus élevée au monde.

Au total, plus de 1,7 million de femmes en âge de procréer seront vaccinées au cours des quatre prochaines années. Actuellement dans ce pays d’Afrique occidentale, une femme enceinte sur quatre seulement reçoit les deux doses de vaccin antitétanique nécessaires au minimum.

Le tétanos est donc encore une importante cause de mortalité chez les jeunes mères et les nouveaux-nés. Dans sa forme néonatale, il frappe entre 3 et 28 jours après la naissance. Une infection du cordon est généralement en cause chez ces petits, qui ne sont pas protégés par les anticorps de la mère… elle-même non vaccinée.

Le tétanos maternel, lui, touche les femmes pendant la grossesse ou dans les six semaines suivant l’accouchement. Comme le précise l’OMS, « il est dû à une contamination par les spores du tétanos de blessures par perforation. » En d’autres termes, il est lié « aux avortements, et à des accouchements pratiqués dans de mauvaises conditions d’hygiène ».

Cet article est aussi disponible en Anglais

Partager cet article

Aller à la barre d’outils