Grippe : bientôt des vaccins sans oeufs

[21 février 2011 - 16h50] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h43]

Les vaccins anti-grippaux de demain ne seront-ils plus dépendants de la production avicole ? En d’autres termes, sera-t-il possible demain d’utiliser exclusivement des vaccins produits autrement que sur des œufs de poules embryonnés ? Une nouvelle étude publiée dans le The Lancet, laisse en effet entendre que les vaccins issus de la culture cellulaire seraient aussi efficaces que les autres.

Le principal défaut de la méthode de production actuelle – par ailleurs largement éprouvée – réside dans les délais de fabrication qu’elle impose. Ils s’étalent généralement sur une période de 4 à 6 mois. Et pour cause : d’après une étude américaine de 2006, plus de 4 milliards d’oeufs embryonnés sont nécessaires à la production de 1,2 milliard de doses de vaccins. En période de pandémie comme en 2009/2010, ces délais représentent un véritable obstacle à la réactivité des producteurs. Se pose également le problème des personnes allergiques à la protéine d’œuf, dont la vaccination est difficile ou impossible.

C’est pourquoi depuis quelques années, certains fabricants se sont lancés sur la piste de la culture cellulaire. Le vaccin est alors multiplié en laboratoire, sans recours aux œufs embryonnés. En 2009 lors de la pandémie grippale, un vaccin produit de cette manière avait d’ailleurs été autorisé par les autorités sanitaires européennes. Il s’agit du Celvapan® de l’Américain Baxter.

Au cours d’une nouvelle étude, le Dr Noel Barrett et son équipe de Baxter Bioscience (Vienne – Autriche) ont évalué l’efficacité d’un autre vaccin issu de la culture sur cellule Vero. « Ce travail n’a rien à voir avec le Celvapan® », nous a indiqué le Dr Barrett. « Le vaccin en question porte le nom de Preducel®. Il cible la grippe saisonnière, et contient les trois souches inactives suivantes : H1N1, H3N2 et B ».

Au total, 7 250 sujets ont participé à cette étude de phase 3. A partir de la réponse en anticorps qu’ils ont observée, les auteurs expliquent que le vaccin a conféré une protection dans 78,5% des cas. Un score comparable selon eux, à celui des autres vaccins antigrippaux (73%). Le vaccin produit à partir de la culture cellulaire serait donc tout aussi efficace que le produit traditionnel. « En plus », conclut Barrett, il « a été bien toléré. Nous avons seulement constaté quelques effets secondaires légers et transitoires ».

Partager cet article