Le karting, sans sacrifier la sécurité

[14 octobre 2010 - 10h13] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h41]

Accélérations, freinages, virages serrés… le karting est une discipline aux sensations fortes ! Votre enfant souhaite s’initier ? N’ayez crainte, la Fédération française du Sport automobile a mis en place une série de mesures pour garantir au maximum la sécurité des plus petits « coureurs ». Les explications de Jacques Goisque, responsable du pôle karting à la fédération.

« Il existe aujourd’hui en France 25 écoles labellisées par la FFSA. Elles répondent toutes à un cahier des charges extrêmement précis et sont homologuées par les préfectures de leurs départements respectifs ». Ces structures seront en mesure d’accueillir votre enfant, dès lors qu’il aura 7 ans révolus. « Cette activité se fait au début sur du matériel de loisir, qui répond à une norme NF. Les roues du kart sont protégées, tout comme l’avant et l’arrière de la machine ». Ensuite les enfants peuvent s’initier au kart dit de compétition. Seule différence, les roues ne bénéficient pas de protections spécifiques.

Côté équipement, la Fédération fournit un casque, des gants et une combinaison ignifugée. Comme pour les grands ! « Nous imposons aussi aux plus jeunes le port d’un tour de cou pour les protéger au niveau des cervicales en cas de choc par l’arrière ». Un protège-côtes sera aussi indispensable, pour éviter que l’enfant ne bouge trop dans son kart. Enfin il devra porter des chaussures montantes.

L’encadrement des enfants est assuré par des moniteurs diplômés d’Etat. Quant au circuit, tout y est mis en œuvre pour garantir la sécurité de tous. « Il y a des signalisations avec des drapeaux. Le rouge pour signifier aux pilotes qu’ils doivent s’arrêter, le jaune pour leur dire de ne pas doubler. Et enfin le vert leur signale qu’ils peuvent à nouveau rouler normalement. Il y a toujours du personnel d’encadrement pour veiller à la sécurité. » Pour davantage d’informations sur les écoles de karting de la FFSA, consultez le site www.ffsa-efk.org.

Partager cet article