Sport : ce n’est pas l’âge qui compte…

01 septembre 2008

Sauf pour certains sports atypiques impliquant des qualités physiques particulières -tels le tennis ou le squash qui sont des sports asymétriques imposant au corps des accélérations suivies de blocage- l’âge compte bien moins que l’entraînement.

Une pratique modérée mais régulière est généralement bien préférable à un entraînement intensif mais irrégulier. Comme on a selon l’adage, « l’âge de ses artères », un ancien sportif de haut niveau qui aurait cessé toute activité se trouvera vite à un niveau d’entraînement inférieur à celui d’un sportif de niveau très moyen mais habitué à une pratique régulière.

Pourtant même si vous avez abandonné depuis longtemps votre activité sportive, vous retrouverez facilement les bons gestes. Car la technique -comme la bicyclette- ne s’oublie pas. En revanche, la « mécanique » elle, aura vieilli. Ne l’oubliez pas, et faites vérifier par votre médecin que votre condition physique vous permet de reprendre une activité suivie. C’est en fonction de son examen qu’il vous indiquera le niveau d’entraînement le mieux adapté à votre cas.

    Aller à la barre d’outils