Les patients placés sous assistance respiratoire doivent passer par des séances de sevrage avant d’être définitivement libérés de ce dispositif. En effet, leur organisme doit se réhabituer progressivement à « respirer » tout seul. Une équipe américaine a observé l’impact positif de la musique au cours de ces séances stressantes.

L’équipe de Zhan Liang, de l’Université de Pittsburgh en Pennsylvanie, a observé 28 patients au cours de leur sevrage d’une assistance respiratoire mécanique. Chacun d’entre eux avait été hospitalisé en soins intensifs au moins 4 jours avec ce dispositif. Au cours de leurs séances de sevrage

, les patients étaient débranchés et devaient respirer seuls. Une expérience stressante.

Dans le but de réduire cette anxiété, les chercheurs ont proposé à ces patients d’écouter de la musique, choisie par le participant lui-même. Et ce, un jour sur deux, pendant la semaine de sevrage. Résultat, les auteurs ont observé « un ralentissement du rythme cardiaque et respiratoire, une baisse de l’anxiété et de la dyspnée ».

En revanche, le fait d’écouter de la musique n’a montré aucun bénéfice en matière de pression artérielle et de saturation en oxygène dans le sang. « De plus amples travaux permettraient d’évaluer les bénéfices dans une cohorte plus importante », concluent les auteurs.

Partager cet article