Près de 800 000 diabétiques en France pratiquent l’auto-injection d’insuline. Pourtant, 1 patient sur 4 n’applique pas cette technique correctement selon la Fédération française des diabétiques (FFD). Laquelle salue le lancement d’une plateforme d’apprentissage du geste.

Pour la FFD, « la juste dose d’insuline est fonction de la technique d’injection. » Problème, « l’apprentissage du geste se fait essentiellement à l’annonce du diagnostic (pour le patient diabétique de type 1) ou lors du passage à l’insuline (patient diabétique de type 2), quand le patient est submergé d’informations nouvelles et importantes ». Ainsi l’acte d’injection apparaît-il comme secondaire.

Le geste est si peu assuré que la moitié des patients concernés estime avoir des « boules ou bosses qui surviennent lorsque les injections sont répétées sur un même site. » Ce que l’on nomme des lipohypertrophies. « C’est le reflet d’une [technique] non maîtrisée », lance le Dr Helen Mosnier-Pudar, diabétologue au Centre Hospitalier Cochin (Paris). « Un phénomène qui se produit si l’injection n’est pas réalisée selon les bonnes pratiques (quand l’aiguille est réutilisée ou quand le patient ne réalise pas une rotation des sites d’injection…)»

Apprendre en vidéos

Pour faciliter l’apprentissage d’une technique d’injection correcte, BD, premier fabricant d’aiguilles pour stylos à insuline, lance une plateforme tutorielle, BD and Me. Plusieurs vidéos (26 au total) traitent des modalités de l’injection: se piquer au bon endroit, avec la bonne longueur d’aiguille, gérer les bosses aux sites d’injection, connaître la vitesse de résorption selon le site d’injection, faire un pli cutané…

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site bdandme.bd.com.

Partager cet article