Utilisé contre la douleur, le tramadol est l’antalgique opioïde le plus consommé en France. Pourtant, il expose à de nombreux effets secondaires parmi lesquels, l’hypoglycémie.

Le tramadol est un antalgique de la famille des opiacés. Il combat la douleur en agissant directement sur la perception de celle-ci par le cerveau. Si l’on savait déjà que ce médicament expose à de nombreux effets secondaires – fréquemment, des nausées ou des vertiges et plus rarement à des tremblements, des hallucinations ou une confusion mentale – des chercheurs américains révèlent qu’il augmente aussi le risque d’hypoglycémie.

Avec l’augmentation ces dernières années des prescriptions de tramadol aux Etats Unis, ces scientifiques de l’Université de Californie à San Diego ont voulu avoir une vision globale de ses effets secondaires. Ils ont alors analysé plus de 12 millions de rapports provenant du système américain de déclaration des effets indésirables.

C’est ainsi qu’ils ont établi un lien clair avec la survenue d’hypoglycémies. Un lien déjà fortement soupçonné. L’hypoglycémie est souvent liée au diabète, mais peut également survenir chez les personnes non diabétiques. « Si elle n’est pas traitée, elle peut entraîner des complications graves, telles qu’un dysfonctionnement neurocognitif, une perte de vision, un risque accru de chutes et une perte de qualité de vie », alertent les auteurs. Lesquels encouragent les médecins à être très attentifs, « en particulier si le patient est prédisposé au diabète ou diabétique».

Partager cet article