Tout savoir sur l’insuffisance rénale

[17 avril 2015 - 09h36] [mis à jour le 17 avril 2015 à 13h56]

En France, 3 millions de patients sont atteints d’insuffisance rénale chronique. Parmi eux, 2,2 % ont recours à la dialyse ou à la greffe pour pallier la difficulté de cet organe à filtrer les déchets toxiques de leur organisme. Vous voulez en savoir plus sur cette pathologie ? Plongez dans l’ouvrage Vivre avec une maladie des reins dédié aux patients et à leurs proches pour mieux appréhender les symptômes et gérer le quotidien.

« La Bible des insuffisants rénaux », voilà le terme choisi par les auteurs pour décrire la 4ème édition de l’ouvrage « Vivre avec une maladie des reins ». En 124 pages, les facteurs de risques que sont l’hypertension artérielle et le diabète de type 2, le principe de la dialyse, le parcours en cas de transplantation et les troubles de la fonction sexuelle sont des points largement abordés. Toutes ces informations sont rédigées par des néphrologues, des diététiciennes, des psychologues, et complétées par des pages questions-réponses issues du vécu de médecins en consultation.

Une absence d’information

 Cette publication vient répondre à l’insuffisance de prise en charge de nombreux malades. En effet, faute d’information, « 30% à 40% des insuffisants rénaux arrivent en consultation au stade terminal de la maladie sans jamais avoir consulté », constate le Pr Michel Olmer, néphrologue à Marseille à l’origine de la publication de ce livre. Il est donc fréquent qu’un « patient soit mis sous dialyse alors qu’il vient tout juste d’intégrer qu’il était porteur d’une anomalie chronique malheureusement irréversible ».

Mieux informer c’est anticiper la prise en charge donc augmenter l’espérance de vie face à « une maladie sournoise car longtemps asymptomatique », rappelle par ailleurs le Pr Olmer. Une priorité de santé publique « car l’incidence de l’insuffisance rénale ne cesse de progresser du fait de l’augmentation de l’espérance de vie ».  Et tout cela s’explique : à partir de 40 ans, chaque individu perd 10% de sa fonction rénale tous les 10 ans. « A 80 ans, le rein aura donc perdu la moitié de sa fonction », une fragilité accrue en cas de polymédication du fait du caractère néphrotoxique de certains antibiotiques.

Partager cet article