L’abus de cannabis ravagerait littéralement le cerveau. Les gros fumeurs –plus de 5 joints par jour pendant 10 ans– présenteraient ainsi des troubles émotionnels et de la mémoire. Avec à la clef, un risque réel de maladies psychotiques.

Grâce à l’imagerie par résonance magnétique (IRM), le Pr Murat Yücel de Melbourne en Australie, a analysé le cerveau de 15 gros fumeurs de cannabis. D’autres sujets, non-consommateurs, ont constitué un « groupe contrôle ». Le résultat est probant. Yücel en effet, a observé que chez les personnes dépendantes l’amygdale était de plus petite taille. Dans notre cerveau l’amygdale –à ne pas confondre avec les glandes du larynx qui portent le même nom- fait partie du système limbique impliqué dans le comportement, les émotions et la mémoire.

L’hippocampe aussi serait touchée. L’auteur a en effet constaté que chez les fumeurs son volume avait diminué de 12% par rapport au groupe contrôle. Or cette région du cerveau joue un rôle-clé dans l’apprentissage et la mémoire. « Notre étude montre clairement que le fait de fumer du cannabis régulièrement et sur le long terme, détruit les tissus cérébraux », conclut l’auteur.

Partager cet article