Bébés nageurs : pour les petits handicapés aussi

25 octobre 2011

Comment le jeune enfant s’adapte-t-il au milieu aquatique ? Quels exercices peut-on proposer à son petit dans l’eau ? Bébés nageurs n’est pas seulement un ouvrage sur cette activité très à la mode en France. Une grande partie du livre est aussi consacrée à ses bénéfices pour les petits qui sont porteurs de handicaps.

Enfant polyhandicapé, infirme moteur cérébral (IMC), non-voyant, autiste ou atteint de troubles du comportement… « l’eau est un bon moyen de leur apporter un peu plus d’autonomie. Et d’instaurer peu à peu une autre relation entre l’enfant et l’adulte », souligne l’auteur, Claudie Pansu, formatrice à la Fédération française de Natation (FFN).

Un exemple ? Dans le milieu aquatique, « un enfant polyhandicapé pourra, à l’aide d’un petit matériel de soutien, se déplacer sans l’aide d’un adulte » poursuit-elle. Il gagnera ainsi en sociabilité, en confiance voire en autonomie.

La moitié de cet ouvrage est donc consacrée au handicap à travers les histoires de Guillaume, de Jérôme et de Julien. De la descente dans l’eau jusqu’aux jeux, les parents y trouveront de nombreux conseils pour aider leur enfant et quant au choix du matériel qu’il pourra utiliser : les « frites » pour se déplacer, le toboggan pour sauter, la bouée ou les brassards pour se stabiliser ou encore les tapins (fins ou à trous) pour se détendre tout simplement.

Les animateurs qui proposent ce type d’activités y trouveront également matière à de nouveaux exercices. Illustrations à l’appui. Pour tout savoir, lisez Bébés nageurs, de Claudie Pansu, Amphora Editeur, 21 euros.

    Aller à la barre d’outils