Les patients traités contre la maladie de Parkinson par du Pergolide -commercialisé en France sous le nom de Celance- sont appelés à consulter sans tarder leur médecin. L’AFSSaPS vient en effet de modifier les conditions de prescription de ce médicament.

Le 17 novembre déjà, l’agence avait diffusé un communiqué faisant état « d’une récente augmentation (…) des cas de valvulopathies cardiaques chez des patients traités par le Pergolide« . Aujourd’hui elle a redéfini « les indications, les modalités de prescription et de suivi du traitement en question. »

Dans un communiqué, elle souligne que ce médicament « ne sera dorénavant prescrit qu’en cas d’échec des autres traitements, qu’il ne pourra être prescrit que par un neurologue, qu’un bilan cardiovasculaire incluant une échographie devra être pratiqué avant toute intention de traitement« . Compte tenu du risque d’atteinte des valves cardiaques, l’AFFSaPS recommande également « une réévaluation régulière du bénéfice à poursuivre le traitement« .

Partager cet article