Ce 15 février est marqué par la Journée internationale des cancers de l’enfant. Souffrir d’une tumeur à l’âge de la candeur brise ces jeunes vies. Même si 80% des cancers pédiatriques peuvent être guéris, la maladie reste un poids pour le petit et sa famille. Un nouveau programme d’accompagnement leur offre de vraies possibilités de répit au cours de la maladie.

Une plate-forme d’information validée

La Fondation La Roche-Posay et le Childhood Cancer International ont mis au point un site internet répondant aux principales questions des parents. Le contenu porte aussi bien sur la maladie, l’hospitalisation, les traitements et les effets secondaires. Co-construit avec les parents, ce site aborde également l’ensemble des problématiques du quotidien : alimentation, fatigue, les aides utiles.

Des massages pour rétablir des liens fragilisés par la maladie

Les deux entités ont souhaité aller plus loin. En partenariat avec Unicancer (rassemblement des instituts de cancérologie en France), elles proposent des formations pour les parents visant à les initier au massage de leur enfant malade. « Le toucher est un besoin vital pour l’enfant dès sa naissance », explique le Dr Dominique Valteau-Couanet, onco-pédiatre à Gustave Roussy. « De nombreuses études ont démontré les bienfaits des massages sur les douleurs, le stress, les nausées, la fatigue et donc leur impact sur la qualité de vie. »

Bientôt une « échelle des émotions » pour les plus petits

A l’état de projet, l’échelle des émotions – à l’instar de l’échelle de la douleur -, aura pour objectif d’aider les enfants de moins de 5 ans à reconnaître et prendre en compte leurs sentiments pendant les traitements. « Comprendre les émotions et les ressentis me paraît être un complément indispensable à la prise en charge de ces jeunes enfants », déclare le Dr Etienne Seigneur, pédopsychiatre à l’Institut Curie.

Pour davantage d’informations, consultez le site www.soutienenfantsetcancer.fr.

A noter : Avec près de 1 800 nouveaux cas par an, les cancers de l’enfant restent la première cause de mortalité avant 15 ans. De nombreux acteurs dont l’Institut Curie œuvre à l’occasion de cette journée pour intensifier la recherche au niveau de traitements onco-pédiatriques.

Partager cet article