Le 13 octobre aura lieu la journée du cancer du sein métastatique, portée en France par le Collectif 1310 (collectif associatif composé de Europa Donna, Juris Santé, Life is Rose et Mon Réseau Cancer du Sein). L’occasion de faire le point sur ce sujet. Car, si la maladie métastatique peut faire peur, les avancées de la recherche médicale ont permis de faire progresser la prise en charge. Et pour mieux accompagner ces femmes au quotidien, de nouvelles solutions ont vu le jour.

Cancer du sein : une réalité plurielle. Le cancer du sein est la tumeur la plus fréquente chez la femme en France. En 2017, près de 60 000 cas ont été recensés avec près de 12 000 décès cette même année. On estime que 20% à 30% des femmes traitées pour un cancer du sein développeront une forme métastatique. Dans cette situation, les cellules cancéreuses du sein vont se développer dans d’autres tissus et organes, le plus souvent dans les os.

Accompagner la prise en charge à domicile. Les nombreux progrès réalisés ces dernières années, notamment avec des thérapies orales ne nécessitant pas d’hospitalisation, ont permis une prise en charge à domicile avec une plus grande autonomie des patientes. Afin de guider ces femmes dans leurs parcours de soins et de vie, le laboratoire Pfizer a souhaité avec Europa Donna comprendre leurs besoins à travers les enquêtes Réalités et SeinChrone. Par ailleurs, les associations du Collectif 1310 se mobilisent pour mener des actions afin de mieux accompagner la prise en charge des patientes en ambulatoire, apporter davantage d’information sur la maladie et une plus grande reconnaissance sociale et citoyenne.

Des solutions innovantes. Ainsi, pour répondre aux attentes exprimées par ces femmes, Pfizer a créé en collaboration avec les associations de patients :

Pact Onco™ (Personnalisation de l’ACcompagnement du patienT en ONCOlogie) : un site (pactonco.fr) et une page Facebook, pour informer et accompagner les patientes et leurs proches ;

« Moi et mon cancer du sein métastatique » : un livret destiné aux patientes remis par les professionnels de santé ;

Lavieautour.fr : une cartographie interactive facilitant l’accès aux soins de support, co-développée avec l’AFSOS (Association Francophone des Soins Oncologiques de Support).

Pfizer a également soutenu VIK®Sein : un compagnon virtuel développé par la startup WeFight et le réseau social Mon Réseau Cancer du Sein qui répond aux interrogations des patientes et les aide à se sentir moins isolées.

Interview du Dr Mario Campone, oncologue et directeur général de l’Institut de cancérologie de l’Ouest, à Nantes

Quelles sont les principales demandes des patientes ?

Elles demandent d’abord à vivre le plus longtemps possible avec la meilleure qualité de vie. Mais il est difficile de donner une réponse univoque, chaque patiente est différente. Certaines sont résignées et continuent à vivre comme avant. D’autres se révoltent et essaient de vivre le mieux possible avec leur maladie. D’autres encore souhaitent en priorité que leur douleur soit soulagée.

En dehors des soins médicamenteux, que pouvez-vous leur apporter ?

Nous mettons à leur disposition des psychologues, des soins esthétiques, une prise en charge de la douleur, des conseils en nutrition et de l’activité physique adaptée. Plusieurs coordinateurs sont là pour les orienter vers les professionnels des soins de support qui correspondent à leurs besoins.

Quels sont vos retours d’expérience ?

Chaque patiente est unique et nous nous adaptons à chaque cas. Celles qui ont bénéficié des soins de support nous font des retours extrêmement positifs. Elles ont moins de douleurs, acceptent davantage les traitements et se sentent réconfortées.

Partager cet article