L’automne arrive avec son lot de rituels. Ramasser les châtaignes cuisiner de la soupe maison… et cueillir des champignons ! Ces aliments relèvent la saveur de vos omelettes, pâtes ou autres plats de saison. Mais attention, les intoxications sont en augmentation. Comment alors les éviter ?

Depuis une dizaine de jours, le nombre d’intoxications liées à la consommation de champignons est en augmentation. Un phénomène proportionnel au taux d’humidité croissant enregistré sur la même période. « De juillet à août, les centres antipoison enregistraient un nombre de cas variant de 15 à 50 par semaine, contre 181 sur ces deux dernières semaines », notent l’Anses et la Direction générale de la santé (DGS).

Connaisseurs ou non, faîtes attention ! 

La majorité des cas d’intoxication est liée à une erreur dans la reconnaissance des produits comestibles. Les autorités rappellent donc les consignes de sécurité pour cueillir et manger des champignons sans prendre de risque. Et soulignent « l’importance de rester vigilant, que l’on soit connaisseur ou que l’on pratique la cueillette ponctuellement » :

  • « ne ramassez que les champignons que vous connaissez parfaitement : certains champignons vénéneux hautement toxiques ressemblent beaucoup aux espèces comestibles » ;
  • « au moindre doute sur l’état ou l’identification d’un des champignons récoltés, ne consommez pas la récolte avant de l’avoir fait contrôler par un spécialiste en la matière. Les pharmaciens ou les associations et sociétés de mycologie de votre région peuvent être consultés » ;
  • « cueillez uniquement les spécimens en bon état et prélevez la totalité du champignon (pied et chapeau), afin d’en permettre l’identification ; ne cueillez pas les champignons près de sites pollués (bords de routes, aires industrielles, décharges) » ;
  • « séparez bien par espèce les champignons récoltés pour éviter le mélange de morceaux de champignons vénéneux avec des champignons comestibles ; déposez les champignons séparément, dans une caisse ou un carton, mais jamais dans un sac plastique qui accélère le pourrissement » ;
  • « lavez-vous soigneusement les mains après la récolte » ;
  • « conservez les champignons à part et dans de bonnes conditions au réfrigérateur et consommez-les dans les deux jours au maximum après la cueillette » ;
  • « consommez les champignons en quantité raisonnable après une cuisson suffisante et ne les consommez jamais crus » ;
  • « ne proposez jamais de champignons cueillis à de jeunes enfants. »

Comment réagir en cas d’intoxication ?

Pendant la cueillette, pensez à prendre en photo les champignons cueillis, avant la cuisson. En cas d’intoxication, ces clichés serviront au pharmacien ou au médecin du centre antipoison à « orienter la bonne prise en charge ».

Par ailleurs, si un ou plusieurs symptômes apparaissent (par exemple, des épisodes de diarrhées, des vomissements, des nausées, des tremblements, des vertiges ou encore des troubles de la vue), appelez tout de suite le 15 ou le centre antipoison de votre région (liste complète en cliquant ici), en précisant bien sûr que vous avez mangé des champignons.

A noter : les symptômes apparaissent en général dans les 12 heures suivant la consommation, et l’état de santé de la personne peut s’aggraver rapidement. Mieux vaut donc « noter les heures du ou des derniers repas, l’heure de survenue des premiers signes et conserver les restes de la cueillette pour identification ».

Partager cet article