La colère et le sport intensif multiplient le risque cardiovasculaire

[26 octobre 2016 - 15h32] [mis à jour le 26 octobre 2016 à 15h40]

Se mettre en colère et/ou pratiquer un exercice physique intense augmente le risque d’infarctus du myocarde. C’est ce qu’a pu confirmer une équipe irlando-canadienne. Une raison de plus d’éviter de perdre son sang froid. Surtout si vous êtes déjà à risque.

Les soupçons pesaient déjà lourds sur la colère et autres sautes d’humeur. Celles-ci seraient à l’origine d’une nette augmentation du risque d’infarctus du myocarde. Pour le confirmer, le Pr Andrew Smyth et son équipe de la McMaster University (Canada) et de la HRB Clinical Research Facility à Galway (Irlande) ont analysé les données concernant 12 431 patients, âgés de 58 ans en moyenne, originaires de 52 pays. Tous avaient déjà subi un premier infarctus.

Chacun des participants a répondu à un questionnaire indiquant s’ils avaient ressenti une forte colère ou pratiqué une activité intense une heure avant l’infarctus. Résultat, le fait de perdre son sang froid ou d’avoir fait un effort important double le risque. Les deux associés le triple !

« Ces comportements ont des effets similaires sur l’organisme », expliquent les auteurs. « Tous deux accroissent la tension artérielle et le rythme cardiaque, modifiant par la même le flux sanguin et réduisant l’apport au cœur. » Ce phénomène est d’autant plus marqué chez les patients dont les vaisseaux sanguins sont déjà partiellement obstrués par des plaques d’athérome.

Nombreux sont ceux à tenter de faire baisser la pression d’une colère en faisant du sport. « Nous recommandons dans ce cas de ne pas chercher à dépasser l’intensité habituelle », conseillent les auteurs. Et en général, « il est bon de pratiquer des exercices de détente pour éviter de perdre son sang froid », concluent-ils.

Partager cet article