e-Qare : la santé connectée est-elle arrivée à maturité ?

[21 juillet 2015 - 16h56] [mis à jour le 21 juillet 2015 à 17h44]

logo-okEt si la e-Santé permettait de remettre le patient au cœur du système ? Hygiène de vie, prévention, suivi des traitements, dépistage… De nouvelles plateformes mettent en relation médecins, pharmaciens et patients avec comme objectif que chaque malade prenne sa santé en mains. Décryptage.

Comme le résume le Dr Hervé Laurent, président de Pharmedicom et à l’origine du projet e-Qare, « le médecin est formé pour faire un diagnostic et établir une stratégie thérapeutique ; le pharmacien délivre la prescription ; le patient reçoit son traitement et puis… Un vide s’installe ». Et c’est justement ce vide que la plateforme numérique e-Qare, qui sera disponible sur smartphones et tablettes entend combler.

Tous les acteurs pourront télécharger divers outils de dépistage, de prévention, d’évaluation et de suivi des traitements. Ce dernier point est aujourd’hui capital. Bien prendre ses traitements, respecter l’ordonnance du médecin, c’est ce que les spécialistes appellent l’observance. Or en France, 60% des hypertendus ne prennent pas correctement leur traitement. C’est également le cas de 50% des diabétiques. Cette mauvaise observance entraîne des complications médicales, diminue la qualité de vie des patients et provoque un gaspillage des ressources.

Des outils connectés pour améliorer sa santé

Pour le Dr Hervé Laurent c’est aussi cela le vide, celui de l’indispensable suivi. « On ignore si le traitement est vraiment efficace, s’il est bien toléré, si les posologies sont respectées, si le patient prend ses médicaments à la bonne dose et à la bonne heure ; si les formes galéniques utilisées sont bien admises. » Sans oublier les interactions médicamenteuses. Un vrai problème de santé publique qui touche de plus en plus les personnes âgées polymédiquées. « Grâce au développement d’outils efficaces de suivi et d’évaluation des traitements, e-Qare entend apporter des solutions et participer au succès de la prise en main de sa santé par le patient, entouré des médecins et des pharmaciens. »

Pour relever le défi, chacun des acteurs devra être moteur. Et en particulier les médecins et les pharmaciens qui devront encourager les patients à utiliser ces nouveaux modes de communication. « L’incitation revient aux professionnels de santé de proposer des outils connectés (appareils capables de transmettre des données biométriques, auto-questionnaires thématiques avec scores explicatifs…»

Au-delà de l’observance, e-Qare permettra également d’optimiser sa santé dans d’autres domaines, de connaître ses facteurs de risque de développer telle ou telle maladie. « Il deviendra facile pour le patient de savoir s’il consomme trop de sel ou de boissons sucrées, s’il est à risque de maladies cardiovasculaires, ou encore si derrière une simple fatigue ne se cache pas une possible apnée du sommeil… » Rendez-vous cet automne pour découvrir l’application e-Qare.

Partager cet article