Si la tendance actuelle se poursuit, un quart de la population pourrait être obèse en 2045, contre 14% aujourd’hui. C’est le cri d’alarme poussé par des chercheurs danois et britanniques lors du congrès européen sur l’obésité qui se tient actuellement à Vienne.

Malbouffe, sédentarité… Selon des projections effectuées par des chercheurs danois et britanniques, la prévalence de l’obésité mondiale devrait passer de 14 à 22% d’ici 2045. Et ce, si rien n’est fait pour y remédier. Un phénomène qui devrait s’accompagner d’une hausse des cas de diabète de type 2. Ainsi, 1 personne sur 8 serait concernée.

Des disparités selon les pays

Il s’agit là d’un scénario global. Tous les pays ne sont pas égaux face à l’obésité. Ainsi, aux Etats-Unis, le taux d’obésité pourrait passer à… 55% (contre 39% en 2017) ! Et au Royaume-Uni, il pourrait s’établir à 48%.

Les auteurs soulignent en outre que cette tendance s’accompagnera immanquablement « d’une pression sur les systèmes de santé », avec une augmentation des cas de maladies cardiovasculaires ou encore de cancers. Ils appellent ainsi à « une action agressive et coordonnée » pour ralentir cette tendance.

Partager cet article

SYNDICAT DE LA PRESSE INDÉPENDANTE D'INFORMATION EN LIGNE
Service de Presse en Ligne reconnu par la Commission paritaire des Publications et Agences de Presse (CPPAP) sous le n°0318 W 90885 (article 1er de la loi n° 86-187 du 1er août 1986 portant réforme du régime juridique de la presse)