Selon une étude américaine, la vaccination contre la grippe serait inefficace chez des rongeurs rendus obèses. Pour mieux comprendre ce mécanisme, les scientifiques recommandent de poursuivre les études sur le sujet.

Des chercheurs du St. Jude Children’s Resaerch Hospital de Menphis ont mené une étude visant à évaluer l’efficacité de la vaccination contre la grippe en fonction du poids. Pour ce faire, ils ont immunisé des souris soit obèses, soit maigres.

Les résultats sont édifiants. Dans le groupe de rongeurs obèses, la réponse immunitaire s’est avérée bien inférieure au groupe contrôle. Marqueur infaillible, le niveau d’anticorps était plus faible chez les murins en excès pondéral comparé à celui des souris maigres. Fort logiquement, ils ont constaté une présence du virus grippale bien plus élevée dans le premier groupe.

Ils ont ensuite multiplié par quatre la dose vaccinale afin de renforcer la réponse immunitaire des rongeurs. Si les deux groupes étaient davantage protégés contre le virus, les souris les plus corpulentes sont toutes décédées. « Le virus grippal pénètre plus profondément au niveau pulmonaire chez les souris obèses et ces dernières ne parviennent pas à résister à l’attaque virale », explique le Pr Stacey Schultz-Cherry. « Il est urgent de transposer ces résultats dans la vie réelle et de mieux comprendre chez les humains obèses les mécanismes liés à la réponse immunitaire ». Une priorité quand on sait que cette population présente un risque de graves complications liées à la grippe.

Partager cet article