Le ministère de la Santé annonce le décès par rage, le 27 mai dernier, d’un homme résidant en Guyane et hospitalisé au Centre hospitalier de Cayenne depuis le 19 mai. Il s’agit du premier cas autochtone avéré en France depuis 1924, même si le département se situe dans une zone géographique à risque.

A ce jour, les investigations menées par les services sanitaires et vétérinaires n’ont toujours pas permis d’identifier avec précision la source de contamination. « Un chat et un chien décédés respectivement en mars et mai 2008 » seraient considérés comme suspects, mais l’enquête de terrain est toujours en cours.

Joint par téléphone par Destination Santé, le directeur du Centre national de référence de la rage Hervé Bourhi est rassurant : « Le décès rapporté en Guyane est dû à une souche de virus rabique classique de chauve-souris hématophage qui circule en Amérique latine. La victime a pu être mordue par l’animal durant la nuit ». « Aucun cas de transmission interhumaine n’a été rapporté dans le monde à ce jour » tient enfin à préciser le ministère de la Santé.

Partager cet article