Depuis plusieurs années, les études vantant les bienfaits des produits laitiers – et du calcium qu’ils contiennent – sur la santé cardiovasculaire (notamment en matière d’hypertension artérielle) se multiplient. Des travaux menés en majorité sur des sujets occidentaux. Pour savoir si ce constat est valable malgré des différences ethniques (et si le calcium est le seul bienfaiteur dans l’affaire), des chercheurs ont conduit une investigation auprès d’une population asiatique, dont l’alimentation est généralement pauvre en lait.

L’hypertension artérielle (HTA) est devenue au fil du temps un problème majeur de santé publique. En 2005, la revue The Lancet affirmait qu’un quart de la population mondiale serait touché, majoritairement dans les pays en voie de développement.

Différentes approches alimentaires ont vu le jour pour contrer les effets néfastes de l’hypertension. Citons par exemple le régime DASH, pour Dietary Approaches to Stop Hypertension. En clair, une approche diététique composée de fruits et légumes et de produits laitiers écrémés ou demi-écrémés pour contrer l’HTA. Plusieurs travaux d’envergure ont déjà prouvé ses bienfaits pour réduire la pression artérielle. Une vertu bien souvent attribuée au calcium.

Des chercheurs de l’Université nationale de Singapour ont tenté de savoir si le calcium, quelle que soit sa provenance alimentaire, était vraiment à l’origine de ces résultats. Ou bien si la composante « lait » était vraiment indispensable ?

En effet, dans la population asiatique, la consommation de calcium est globalement faible, les principales sources étant les fruits et légumes, les céréales, les aliments à base de soja, les poissons…

Du calcium… mais pas que

Leur but, vous l’aurez compris, étant d’examiner séparément l’association de la consommation de calcium laitier ou non laitier et le risque d’hypertension.

Ils se sont ainsi penchés sur les dossiers de 37 124 hommes et femmes vivant à Singapour et âgés de 45 à 74 ans. Au début du suivi, qui s’est étalé sur une vingtaine d’années, aucun ne présentait de signe de maladie cardiovasculaire. A terme, plus de 13 000 cas d’hypertension ont été recensés.

Résultat, ceux qui consommaient un verre de lait (250ml) par jour, ont vu leur risque diminuer de 6%, et ce comparé à ceux qui n’en buvaient pas du tout. Et le calcium ne semble pas entrer en jeu puisque ceux qui ingéraient la même quantité de ce nutriment, mais d’une autre source, ne présentaient pas d’aussi bons résultats.

Sans pour autant exclure le rôle du calcium, les chercheurs expliquent que « le lait est aussi une source conséquente de potassium, de magnésium, de phosphore et de vitamine D, tous reconnus pour abaisser la pression artérielle ».

Partager cet article