Du nouveau dans la prise en charge de l’hypertension artérielle. Un essai clinique vient de démontrer l’efficacité du firibastat, un médicament appartenant à une nouvelle classe d’antihypertenseurs.

L’hypertension artérielle est liée à une pression anormalement élevée du sang dans les vaisseaux sanguins. Mal contrôlée, elle constitue l’une des principales causes d’infarctus et d’AVC. Aujourd’hui, l’arsenal thérapeutique associé à des mesures hygiéno-diététiques (alimentation moins salée, par exemple) permettent de normaliser la pression artérielle. Problème, 30% des patients ne répondent pas, ou insuffisamment aux traitements disponibles. D’où la nécessité de développer une nouvelle classe médicamenteuse.

Une nouvelle cible pour les patients résistants

Le firibastat, actuellement en cours d’essais cliniques, semble être porteur d’espoir pour ces patients. Il cible une nouvelle voix du système rénine-angiotensine cérébral, contrôlé par l’angiotensine III. Ce dernier est un peptide clef dont le rôle consiste à réguler la pression artérielle. Une étude vient de confirmer l’efficacité de cette molécule chez 254 patients hypertendus en surpoids à haut risque cardiovasculaire. Ce résultat est d’autant plus intéressant qu’il a concerné en autres des patients afro-américains, connus pour être résistants aux traitements classiques.

A noter : L’hypertension artérielle constitue la première cause d’accident vasculaire cérébral (AVC). Près d’un adulte sur trois est concerné en France. Or la moitié ignore souffrir de cette maladie.

Partager cet article