La santé en outre-mer est moins bonne qu’en Métropole

[18 avril 2018 - 15h02] [mis à jour le 18 avril 2018 à 15h03]

La santé personnelle est globalement perçue comme moins bonne dans les départements et régions d’outre-mer (DROM) qu’en Métropole. Un constat alarmant réalisé par la Drees. Notamment en ce qui concerne les femmes.

« Les habitants de Guadeloupe, Guyane, Martinique et La Réunion âgés de 15 à 75 ans sont moins nombreux à se percevoir en bonne santé que ceux de Métropole », révèle le Baromètre santé 2014 publié par la Drees. En moyenne, seulement « 61% d’entre eux considèrent que leur état de santé est bon ou très bon, contre 69% des Métropolitains ». Un écart non négligeable.

Les femmes sont les plus concernées

Pour exemple, « la part des habitants des DROM qui déclarent avoir eu des problèmes dentaires est de 6 à 14 points plus élevée qu’en Métropole ». Ces disparités s’expliquent en partie par la moins bonne situation sociale des habitants ultra-marins (situation financière, diplôme ou situation professionnelle) mais pas seulement. Pour les femmes en particulier, « à caractéristiques sociales comparables, le fait de résider dans ces départements s’accompagne, d’une plus mauvaise santé déclarée ».

Des différences sont à noter entre les différents départements et régions d’outre-mer. Ainsi, « en Martinique et en Guadeloupe, moins de 60% des habitants se sentent en bonne santé alors qu’en Guyane et à La Réunion, où la population est beaucoup plus jeune, la situation se rapproche de celle de la Métropole ». Toutefois, « à structure d’âge comparable, 37% des Réunionnais déclarent avoir une maladie chronique, contre 34% des Métropolitains ». 

Partager cet article

SYNDICAT DE LA PRESSE INDÉPENDANTE D'INFORMATION EN LIGNE
Service de Presse en Ligne reconnu par la Commission paritaire des Publications et Agences de Presse (CPPAP) sous le n°0318 W 90885 (article 1er de la loi n° 86-187 du 1er août 1986 portant réforme du régime juridique de la presse)