La vaccination, un combat permanent

[26 avril 2019 - 15h32]

La Semaine mondiale de la vaccination – célébrée la dernière semaine d’avril – vise à promouvoir l’utilisation des vaccins. Un acte qui permet de sauver des millions de vies chaque année mais qui est aussi de plus en plus victime de courants sceptiques…

Commençons par une bonne nouvelle : 2017 a enregistré un nombre record d’enfants vaccinés : 116,2 millions. Depuis 2010, 113 pays ont introduit de nouveaux vaccins, et plus de 20 millions d’enfants supplémentaires ont été vaccinés.

Malheureusement, en dépit de ces avancées, la progression vers l’élimination de maladies a pris du retard. « Au cours de ces deux dernières années, on a pu constater dans le monde de multiples flambées de rougeole, de diphtérie et de plusieurs autres maladies à prévention vaccinale », déplore l’Organisation mondiale de la Santé (OMS)

La plupart des enfants non vaccinés sont ceux qui vivent dans les communautés les plus pauvres ou en proie à des conflits. Mais la non-vaccination n’est pas l’apanage de populations marginalisées. Un exemple : New York connaît actuellement sa pire épidémie de rougeole depuis 20 ans. La maladie profite du discours de certains courants sceptiques remettant en question la sécurité de la vaccination. Et la France n’a pas de leçon à donner. Selon le dernier Bulletin épidémiologique hebdomadaire, entre le 1er octobre 2011 et le 30 septembre 2018, un total de 5 311 cas de rougeole a été déclaré en France sur cette période. Une donnée sans doute sous-estimée. Une situation due à une couverture vaccinale toujours insuffisante et qui a causé la mort de 4 personnes en à peine plus d’un an.

Mieux informer !

L’édition 2019 de la Semaine mondiale de la vaccination tend à tordre le cou aux fake news qui entourent la vaccination. Le message de l’OMS est clair : les vaccins, ça marche ! Sur son site, l’Organisation rappelle 5 faits essentiels :

  • L’immunisation par la vaccination est le moyen le plus sûr de se protéger contre la maladie ;
  • Il vaut toujours mieux se faire vacciner, même si vous pensez que le risque infectieux est faible ;
  • Les vaccins associés sont sûrs et bénéfiques ;
  • Il n’y a aucun lien entre les vaccins et l’autisme ;
  • Si nous arrêtons la vaccination, les maladies mortelles reviendront.

Partager cet article