Le stress, mal du 21ème siècle

[14 octobre 2009 - 13h45] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h34]

La vague de suicides qui affecte les salariés de France Télécom illustre, de manière dramatiquement visible, un phénomène par ailleurs largement passé sous silence en France: le stress en entreprise.

Dès 2008 pourtant un spécialiste en la matière, le Dr Patrick Légeron, avait alerté le gouvernement. Dans un rapport demandé par Xavier Bertrand, alors ministre du Travail, il indiquait qu’il était urgent d’agir. Psychiatre et directeur général du cabinet Stimulus, spécialisé dans la gestion du stress au travail, Patrick légeron connaît la question par cœur… .

« Un an et demi plus tard peu de choses ont été faites », regrette-il. « Le drame vécu par France Télécom a réactualisé ce rapport et aujourd’hui les pouvoirs publics vont contraindre les entreprises à négocier sur le thème du stress ». Il aura donc fallu pour cela, que surviennent des dizaines de suicides… La raison en est simple pour le Dr Légeron : « trop souvent dans les entreprises, le stress n’est pas pris au sérieux ». Et pas davantage semble-t-il, au plus haut niveau de l’Etat…

Un monde stressant ? Comment expliquer que le stress soit aujourd’hui si présent dans le monde du travail ? « En une vingtaine d’année, le travail a fondamentalement changé de nature. Pendant longtemps il était essentiellement physique. Maintenant il est devenu psychologiquement stressant. Les salariés doivent être plus performants, ils doivent gérer de nouvelles technologies et travailler sous la pression du temps ». D’autres changements sont intervenus au cours des deux dernières décennies et notamment, la mondialisation. Ce phénomène selon le Dr Légeron, « place les entreprises dans une compétition acharnée où sans cesse, il faut s’organiser, se restructurer. Autant de situations extrêmement stressantes pour les individus ». Enfin la crise financière et économique amplifie ces bouleversements. « Ces trois raisons expliquent que le stress soit particulièrement élevé et que certaines personnes ne le supportent plus et mettent fin à leurs jours ».

Des managers peu formés ! Ainsi est-il plus qu’urgent de s’attaquer à ce phénomène. Le processus est en marche au Canada, et en Europe du Nord. « Certains pays sont beaucoup plus en avance que nous. Ils abordent le stress sur trois niveaux. Tout d’abord au niveau de l’organisation, en rendant le travail plus intéressant, en donnant davantage de place à l’équilibre entre la vie professionnelle et personnelle, en favorisant de bonnes relations entre les salariés ». L’effort doit également porter sur la formation des managers. « En France nous avons un problème, les cadres ne sont pas suffisamment formés à la dimension humaine de leur responsabilité. Ils sont là pour aider, soutenir le salarié pour lui permettre d’atteindre ses objectifs. Pas pour surveiller, punir et encore moins, harceler ».

Repérer les signes avant-coureurs. Voilà qui est dit ! Mais les salariés eux aussi, doivent jouer leur partie. « Ils doivent apprendre à gérer leur stress. Cela passe par des choses simples, avoir une bonne hygiène de vie, savoir se relaxer ». « Le corps est un bon témoin du niveau de stress. Fatigue, palpitations, infections à répétitions, troubles digestifs… Tous ces signes peuvent indiquer que le stress s’élève », précise Patrick Légeron. « A cela s’ajoute une forte irritabilité, une nervosité, une consommation excessive de produits psychoactifs – café, tabac, alcool…- voire des troubles du comportement alimentaire. Tous ces signes doivent attirer l’attention ». Vous vous sentez concerné? Vous éprouvez un sentiment de pression ou de harcèlement? Trouvez davantage d’informations sur www.inrs.fr/dossiers/harcelement.html

Partager cet article