L’exposition aux pesticides n’en finit pas de dévoiler ses méfaits. Selon des médecins français, en cas de lymphome, ces produits réduiraient de moitié l’efficacité de la chimiothérapie.

Des médecins des CHU de Montpellier et de Nîmes, ont analysé l’effet de l’exposition aux pesticides sur la réponse au traitement et la survie des patients atteints d’un lymphome. Selon eux, « l’exposition chronique aux pesticides pourrait conduire les cellules à développer des mécanismes de survie aux dommages cellulaires provoqués par ces mêmes pesticides. Or, il s’avère qu’ils agissent sur l’ADN des cellules de manière similaire à la chimiothérapie. » Ainsi, les cellules exposées à ces produits chimiques pourraient développer des mécanismes qui pourraient les rendre résistantes aux chimiothérapies en cas de survenue d’un cancer.

Les agriculteurs particulièrement exposés

Les chercheurs se sont donc intéressés à 244 patients pris en charge pour un lymphome entre 2010 et 2015. Chacun des sujets a été interrogé sur son degré d’exposition professionnel aux pesticides. Résultat : les patients exposés ont connu un taux d’échec à la chimiothérapie de 22,4% contre 11,3% pour les « non exposés ». Une résistance au traitement particulièrement observée chez les agriculteurs. De la même manière, la probabilité de survie est plus faible chez les agriculteurs (81% de patients vivants 2 ans après le diagnostic) contre 92% pour la population non exposée aux pesticides.

Partager cet article