Mal des transports : des médicaments exclus de la vente libre

[29 mars 2016 - 17h04] [mis à jour le 29 mars 2016 à 17h05]

Mercalm®, Nausicalm® et Nautamine®. Ces trois médicaments sont indiqués dans la prise en charge du mal des transports. Devant la recrudescence des cas d’usage détourné (notamment chez des jeunes à des fins récréatives), l’Agence nationale du médicament (ANSM) a décidé de radier ces produits de la liste des médicaments de médication officinale. En clair, ils ne seront plus en accès libre dans les pharmacies.

La diphénhydramine (Nautamine®) et le diménhydrinate (Mercalm®, Nausicalm®) sont des antihistaminiques H1 de première génération indiqués dans « la prévention et le traitement du mal des transports ».

Suite à la notification de plusieurs cas d’abus auprès du réseau des Centres d’évaluation et d’information sur la pharmacodépendance (CEIP), une enquête d’addictovigilance a été réalisée en 2014.

Résultat, sur la période allant du 1er janvier 2003 au 31 mai 2014, ce sont 59 observations qui ont été notifiées au réseau des CEIP. « Ce travail a mis en évidence des cas d’abus, de pharmacodépendance, de mésusage et d’usage détourné principalement chez des adolescents ou des jeunes adultes à des fins récréatives mais aussi chez des patients souffrant de troubles psychotiques ou ayant des antécédents d’abus et/ou de pharmacodépendance », indique l’ANSM.

Notons par exemple que « 4 cas de soumission chimique dans un contexte d’agression sexuelle ont été signalés, dont 2 en 2014 ».

Par conséquent selon l’ANSM, « ces spécialités ne doivent plus être en accès libre en officine (…) Les professionnels de santé doivent être particulièrement vigilants face à toute demande qui semblerait suspecte et émanant en particulier d’adolescents ou de jeunes adultes. »

Partager cet article