Menus santé : l’allergie à l’arachide, contraignante mais pas insurmontable

[05 mars 2013 - 11h44] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h55]

L’allergie à l’arachide est considérée comme la 2e allergie alimentaire dans le monde. ©Phovoir

Si vous confondez allergie à l’arachide- autrement dit aux cacahuètes –et allergie aux fruits à coques, vous êtes dans l’erreur. Car la cacahuète appartient en fait à la famille des légumineuses, au même titre que les pois ou les fèves. Comme dans la plupart des allergies alimentaires, le traitement passe par l’éviction de certains produits. Cette semaine, sur le www.ma-cuisine-ma-sante.fr, nos chefs vous aident à faire le tri. Suivez le guide. 

Eczéma, diarrhées, vomissements… Les manifestations cliniques de l’allergie alimentaire sont variables, avec plus ou moins de gravité. Afin d’éliminer l’arachide de votre alimentation, vous devrez vous mettre à l’épluchage… des étiquettes présentes sur les denrées pré-emballées. Certains termes doivent en effet vous mettre la puce à l’oreille. Bien entendu, ceux faisant mention d’arachide, de cacahuète, de peanut sous toutes leurs formes (beurre, huile, farine ou arôme) sont à proscrire. Mais ce ne sont pas les seuls…

L’arachide est en effet largement utilisée comme exhausteur de goût par l’industrie agro-alimentaire. Peu coûteuse, cette source de lipides et de protéines est présente dans bon nombre de produits du quotidien. Vous risquez par exemple de la retrouver dans des barres de céréales ou dans des mélanges exotiques, très prisés à l’heure de l’apéritif. Jusqu’ici rien de bien surprenant. Mais le danger se dissimule bien souvent là où on ne l’attend pas. Pommes de terre à rissoler, soupes déshydratées, certaines pâtisseries, des gâteaux secs, des pains spéciaux peuvent en contenir des traces. Là encore, lisez attentivement toutes les étiquettes.

Vous devrez donc rester attentif lors de vos achats. Une habitude d’autant plus contraignante qu’il existe des allergies croisées entre l’arachide et plusieurs types de noix. Des personnes allergiques à l’arachide seraient également réactives aux amandes (50%), cajous (40%), pistaches (30%), noix du Brésil (26%), noisettes (21%). Dans de plus rares cas, d’autres réactions croisées peuvent avoir lieu avec des légumineuses (lentille, soja, haricot…). Pour en savoir plus, demandez conseil à votre allergologue.

Et si vous allez au restaurant ? N’hésitez pas à demander la composition exacte des plats et la manière de les cuisiner. Enfin n’acceptez pas un plat pour lequel on se serait contenté d’enlever l’aliment interdit avant de le servir. Il y a toutes les chances qu’il reste des traces d’arachide.

Votre enfant allergique mange à la cantine ? Adressez-vous à l’établissement scolaire qu’il fréquente. Vous pourrez alors faire mettre en place un projet d’accueil individualisé (PAI).

La solution miracle en matière d’allergie n’existe donc pas. Le mieux reste encore de cuisiner vous-même. Vous adorez le poisson ? Ne vous en privez pas. Surtout les poissons gras comme les maquereaux, les sardines ou le saumon. Ils sont en effet riches en omega 3, aux vertus anti-inflammatoires. Vous retrouverez d’ailleurs ces vertus dans l’huile de l’huile de colza et de noix.

Pour accompagner vos viandes, pourquoi ne pas vous tourner vers les oignons ou le romarin ? Tous deux ont un pouvoir antihistaminique. Enfin, ne boudez pas les laitages pour les probiotiques. Ces derniers en effet renforcent l’étanchéité de la muqueuse intestinale et ainsi diminuent la perméabilité digestive aux allergènes. Pour vous aider, voici quelques idées de menus :

RECETTES DE LA SEMAINE

Petit Déjeuner

Déjeuner

Goûter

Dîner

Ecrit par : Vincent Roche – Edité par : Emmanuel Ducreuzet

Partager cet article