Quand on pense au don d’organes, on pense automatiquement au cœur, aux poumons, aux reins… Mais ce n’est pas tout ! Connaissez-vous la greffe de vaisseaux, un acte fondamental qui peut sauver des vies ?

Le prélèvement de vaisseaux, qu’est-ce que c’est ? « On prélève surtout les artères », précise le Dr Mickaël Daligault, chirurgien vasculaire et thoracique au CHU d’Angers. « En clair, l’aorte, principale artère de l’organisme, qui amène le sang depuis le cœur vers le reste du corps et l’artère fémorale, principal vaisseau de la cuisse. » Les greffons artériels sont utilisés dans des situations d’urgence, en cas d’infection des artères et lorsque celles-ci menacent de se rompre (anévrisme). Ou encore lorsque les prothèses vasculaires posées après une rupture d’anévrisme doivent être remplacées.

Comment se déroule le prélèvement ? « C’est une course contre la montre », continue le Dr Daligault. « Nous n’avons que quelques heures pour préleverMais cet acte est réalisé en toute fin de procédure lorsque les organes ont été prélevés. C’est donc extrêmement chronophage. » Ensuite, l’artère est envoyée dans une des six banques de tissus en France où elle sera préparée, conditionnée et congelée.

Sensibiliser le grand public !

Concernant la situation des greffons en France, « nous connaissons une pénurie d’aortes », alerte Dr Daligault. « En fait, cette situation s’explique sans doute par un manque de sensibilisation, à la fois des professionnels de santé et de la population. Souvent les familles des donneurs disent ‘Non’ au prélèvement des vaisseaux, cela leur fait peur. Ils craignent que le corps soit délabré. Ce qui n’est pas le cas. Nous devons donc communiquer davantage car la greffe de vaisseaux, tout comme pour les organes nobles comme le cœur ou les poumons, sauve des vies. »

Partager cet article