Planche à voile : le surf du vent

[25 juillet 2012 - 09h18]

La planche à voile – dont la traduction anglaise windsurf est également utilisée en France – est une discipline très populaire sur les côtes françaises. Debout sur sa planche, le véliplanchiste tient le wishbone dans ses mains. Cette longue poignée double ressemble un peu au bréchet du poulet, dénommé ‘wishbone’ ou ‘os à vœux’ en anglais… Elle permet de tendre la voile, elle-même plantée dans la planche. Pour en profiter, il suffit d’un souffle de vent… Prêt ?

Comme tout sport d’eau, sa pratique nécessite impérativement de savoir parfaitement nager. Même si la plupart des planches – surtout celles destinées aux débutants – sont insubmersibles, il est fréquent de chavirer. Les enfants peuvent donc débuter vers 10 ou 11 ans sur des planches à voile adaptées à leur taille, et par météo clémente. D’ailleurs comme tout navigateur, le véliplanchiste doit impérativement consulter la météo marine avant de prendre la mer.

La planche à voile procure de nombreux bienfaits, physiques et psychologiques. Au nombre des premiers, notons le travail cardio-vasculaire et pulmonaire important qu’elle exige. Bien souvent, l’effort est d’ailleurs inversement proportionnel au niveau de maîtrise du pratiquant… En d’autres termes, un débutant devra répéter ses efforts pour remonter sur sa planche ou soulever sa voile. A l’inverse, un planchiste expérimenté tombera bien moins souvent. Il n’aura finalement, qu’à contrôler sa navigation. C’est injuste, mais c’est ainsi…

Tous les muscles sont sollicités pour maintenir le meilleur équilibre et résister à la force du vent dans la voile. En outre, la pratique de la planche à voile nécessite de la coordination, de la souplesse pour… rester sur sa planche le plus longtemps possible.

Le windsurf procure également de nombreux bienfaits psychologiques. L’impression de liberté qu’il apporte, la confrontation positive avec les éléments procurent des plaisirs intenses. Aux enfants, comme aux adultes. Mais pour parvenir à les ressentir pleinement, le véliplanchiste doit faire preuve d’esprit d’initiative et de décision. Indispensable pour être capable de juger en permanence de sa trajectoire, du vent, des courants, de ses capacités par rapport aux événements.

Quelques contre-indications…

La pratique de la planche à voile n’est pas conseillée à tous. Elle comporte quelques contre-indications, et notamment toutes les maladies susceptibles d’entraîner une perte de connaissance : diabète ou épilepsie par exemple, mais aussi certains troubles du rythme cardiaque. En cas de malaise en effet, le risque de noyade est important.

La pratique même de la planche à voile peut provoquer des douleurs dorsales liées à une mauvaise position, à une technique défaillante ou simplement à des contusions dues aux chutes dans l’eau. Ne vous lancez pas en autodidacte. Les moniteurs vous prodigueront les bons conseils concernant les techniques à mettre en œuvre pour ne pas vous blesser. Pensez aussi à vous protéger du soleil, en enfilant une combinaison isotherme ou un tee-shirt anti-UV. Et en appliquant une protection solaire. Sans oublier bien sûr les indispensables lunettes spécialement adaptées à ce sport.

Pour apprendre, consultez la liste des Ecoles françaises de Voile.

Partager cet article