Comme pour les champignons, si vous souhaitez consommer des plantes, ne les ramassez que si vous connaissez parfaitement leur variété. L’Anses alerte sur plusieurs cas d’intoxication grave, dont deux décès. En cause : la confusion entre des plantes comestibles et toxiques.

Certaines plantes toxiques ressemblent à des variétés comestibles et peuvent être confondues avec ces dernières lors de cueillettes dans la nature mais également dans le jardin ou le potager. Ainsi l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) rapporte le cas d’un homme de 63 ans qui, en juin 2019, « est décédé suite à la consommation d’œnanthe safranée qu’il avait confondu avec du persil tubéreux, cultivé et ramassé dans son jardin. »

Un an plus tôt, c’est un promeneur qui est mort après avoir cueilli et consommé des feuilles d’aconit napel (ou aconit tue-loup), plante très toxique, confondue avec du couscouil (Molopospermum peloponnesiacum), dont les feuilles se consomment usuellement en salade.

Enfin, en mai dernier, une alerte a été lancée par l’Agence régionale de Santé Grand-Est suite au signalement par les Centres antipoison de vingt cas d’intoxication par du colchique, confondu avec de l’ail des ours ou du poireau sauvage.

250 cas de confusion alimentaire par an

Depuis 2012, l’Anses a recensé plus de 250 cas de confusion alimentaire par an. Les symptômes les plus communs sont des troubles digestifs. Mais certaines plantes provoquent également des symptômes plus graves, cardiaques ou neurologiques pouvant aller jusqu’au décès.

Donc en cas de doute, cessez immédiatement de consommer une plante ramassée si le goût est inhabituel ou désagréable.

Partager cet article