Selon la Société européenne de cardiologie, la croyance selon laquelle la consommation excessive de produits laitiers augmente le risque de mortalité ne trouve pas d’écho scientifique. Elle appelle en outre à reconsidérer la place des yaourts et autres fromages dans un régime sain.

« La consommation de produits laitiers est souvent associée à un risque accru de maladies cardiovasculaires ou de cancer en raison de leur teneur  relativement élevée en  graisses saturées », a récemment expliqué le Pr Maciej Banach Université de Lodz (Pologne) lors du congrès de la Société européenne de cardiologie. « Pourtant, les preuves d’un tel lien sont absentes». Selon lui, ce serait même l’inverse.

Pour en arriver à cette conclusion, il s’est appuyé sur une méta-analyse incluant 29 études conduites en 2017. Première observation : aucun lien n’a pu être établi entre la consommation de produits laitiers et la mortalité, toutes causes confondues.

Yaourts et fromages en prévention

Il s’est ensuite penché sur une étude nutritionnelle, la National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES), qui incluait près de 25 000 personnes entre 1999 et 2010. Au cours du suivi, 3 520 décès ont été enregistrés. La majorité étant imputable au cancer, suivi des maladies cardiovasculaires. Mais selon Banach, « la consommation de produits laitiers était associée à un risque de mortalité réduit de 2%». Ainsi, pour les yaourts, le risque était réduit de 3% et même de 8% pour les fromages. Pour ce qui est du lait, le lien semble moins clair et les auteurs appellent à plus de recherches et à privilégier les laits faibles en matières grasses.

Quoi qu’il en soit, selon Maciej Banach, « les décideurs politiques devraient revoir les recommandations en matières de produits laitiers. »

Partager cet article