Rougeole : la vaccination des soignants devrait-elle être obligatoire ?

[24 mai 2019 - 15h57] [mis à jour le 27 mai 2019 à 09h28]

Récemment, deux médecins réunionnais non vaccinés ont contracté la rougeole, ouvrant la porte à une possible contamination de leurs patients. Car non, la vaccination anti-rougeole n’est pas obligatoire dans le corps médical, mais juste recommandée.

Le 14 mai dernier, la presse réunionnaise titrait « Rougeole : deux médecins non vaccinés contaminent plusieurs personnes au CHU de Bellepierre ». Une information largement relayée depuis… mais contredite par le CHU lui-même. « Une enquête nous a permis d’identifier les patients ayant été en contact avec ces médecins ainsi que les autres professionnels de santé qui ont pu être exposés », explique-t-il. « A ce jour, les deux médecins sont guéris, et, à notre connaissance aucun cas de rougeole lié à ces soignants, n’a pu être mis en évidence au sein de notre établissement. » Contacté par Destination Santé, Santé publique France a confirmé ces propos.

137 cas nosocomiaux

Quoi qu’il en soit, des questions se posent : ce genre d’événement est-il fréquent ? Qu’en est-il de la couverture vaccinale chez les personnels soignants ?

« Il y a eu 137 cas nosocomiaux* (dont 1 décès) entre 2011 et 2018 », rapporte le Pr Daniel Floret du Comité technique des vaccinations. « Cette vaccination est donc fortement recommandée chez les soignants et mériterait de devenir obligatoire. »

Pour autant est-elle suivie ? « Il n’existe pas d’étude récente », répond le Dr Kaoutar Jidar, du Centre médical de l’Institut Pasteur. « Les données disponibles datent de 2009. » A l’époque, l’étude des profils de personnels soignants avait mis en avant une couverture contre la rougeole (au moins une dose) insuffisante : 67% pour les médecins, 55% pour les aides-soignant(e)s et 42% pour les infirmier(e)s.

Et ce travail avait révélé que les soignants plus jeunes étaient les mieux vaccinés. « En effet, le vaccin ROR est entré au calendrier vaccinal depuis 1983. Ce qui explique pourquoi les personnes nées depuis sont mieux vaccinées que leurs aînés  », explique le Dr Jidar.

Pour autant, selon nos 2 interlocuteurs, « même s’il n’y a pas eu d’enquête récente sur la couverture vaccinale, on sait qu’elle reste faible, en particulier chez les infirmièr(e)s et les aides-soignant(e)s. »

A noter : En 2018, devant la recrudescence des cas de rougeole, le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) avait manifesté son souhait d’introduire une obligation temporaire pour la vaccination des professionnels de santé.

*associés aux soins

Partager cet article