Se bouger pour prévenir l’obésité des jeunes

[21 juin 2017 - 13h59] [mis à jour le 21 juin 2017 à 14h03]

Une trop faible proportion d’enfants et d’adolescents intègre les recommandations sanitaires en matière de pratique d’activités physiques, de temps maximum passé devant la télévision et de durée de sommeil. Aux Etats-Unis en tout cas.

Le Dr Peter Katzmarzyk et son équipe de Baton Rouge en Louisiane ont travaillé à partir d’une cohorte de 357 jeunes âgés de 5 à 17 ans. Ces derniers ont été soumis à différents examens de santé : mesure de la taille, du poids, du tour de taille, du taux de masse grasse…Mais aussi à des questionnaires relatifs à leur hygiène de vie.

L’objectif des médecins était notamment d’observer si les enfants et adolescents en question suivaient bien les Directives canadiennes en matière de mouvement sur 24 heures pour les enfants et les jeunes. Publié en juin 2016, il s’agit d’un document référence, reconnu au niveau international. Ses auteurs préconisent 60 minutes d’activité physique modérée à intense par jour, 2 heures maximum de télévision et enfin 9 à 11 heures de sommeil pour les 5-13 ans, et 8h à 10h pour les 14-17 ans.

En France aussi…

Un peu plus d’un tiers (35%) suit les préconisations en matière d’activité physique, 31% celles pour les écrans et 52% pour le sommeil. En revanche, plus d’un quart de ces jeunes (27%) n’atteint aucune des valeurs recommandées. Et sans surprise, le taux d’obésité est 89% plus important dans ce groupe. Par rapport à celui constitué de jeunes qui intègrent les trois recommandations.

« Nous devons multiplier les interventions relatives à l’hygiène de vie auprès de ces populations », conclut Peter Katzmarzyk. En France aussi d’ailleurs. D’après la Fédération française de Cardiologie (FFC), seul un enfant sur deux bouge au moins une heure par jour…

Partager cet article