« Si l’on n’investit pas davantage dans les programmes de prévention, de dépistage et de traitement du VIH, quelque 360 000 adolescents mourront de maladies liées au Sida entre 2018 et 2030 ! Soit près de 80 par jour. » Ce cri d’alerte lancé par l’Unicef montre a quel point le monde est sur la mauvaise voie pour éliminer le Sida chez les jeunes.

D’après le rapport du Fonds des Nations unies pour l’enfance intitulé « Enfant, VIH et Sida : le monde en 2030 », « 270 000 enfants âgés de 0 à 19 ans seront nouvellement infectés par le VIH en 2030 ». Les auteurs montrent également que le nombre de décès liés au Sida chez les enfants et les adolescents diminuera, passant de 119 000 actuellement à 56 000 en 2030.

Mieux informer

Problème, « cette tendance à la baisse reste trop lente ». Si la trajectoire actuelle vient à perdurer, « 76 adolescents mourront chaque jour des suites du Sida d’ici 2030. » Pour Henrietta Fore, Directrice générale de l’Unicef, « les programmes visant à prévenir la transmission du VIH de la mère au nouveau-né portent leurs fruits, mais restent insuffisants, tandis que ceux visant à traiter le virus et à l’empêcher de se propager parmi les enfants plus âgés sont loin d’atteindre leurs objectifs. Nous ne réussirons pas à vaincre le VIH si nous n’accélérons pas le rythme des progrès réalisés pour empêcher la transmission du virus à la prochaine génération.»

C’est pourquoi l’Unicef recommande plusieurs approches, dont « des campagnes de dépistage centrées sur les familles afin d’identifier et de traiter les enfants qui vivent avec le VIH sans le savoir. Ou encore une plus ample utilisation des plateformes numériques afin de mieux sensibiliser les adolescents au VIH. »

Partager cet article