Syrie : l’appel des ONG aux Nations Unies

[05 décembre 2016 - 16h06] [mis à jour le 05 décembre 2016 à 16h07]

La situation dans le quartier d’Alep est tragique. Une intervention diplomatique d’urgence est nécessaire pour faire cesser les bombardements de la Russie et du régime de Bachar-al-Assad. Lesquels frappent les populations civiles bloquées dans les décombres. Pour tenter de faire réagir la communauté internationale, 220 organisations non gouvernementales réclament conjointement une session extraordinaire d’urgence de l’Assemblée Générale des Nations Unies.

« Nos organisations appellent les Etats membres des Nations Unies à intervenir et à organiser une session extraordinaire d’urgence de l’Assemblée Générale pour demander la fin de toutes les attaques sur les civils à Alep et ailleurs en Syrie, et garantir l’accès humanitaire immédiat et sans entrave pour que l’aide vitale d’urgence puisse atteindre tous ceux qui en ont besoin », relaie Médecins du Monde (MdM).

Dans leur appel, les ONG accusent le Conseil de Sécurité d’avoir « abandonné les Syriens ». En 6 ans de conflit, un demi-million de personnes ont été tuées et 11 millions déplacées de force sur le territoire. Et le carnage se poursuit à Alep. « La Russie, le régime et leurs alliés ont mené des attaques illégales sur Alep-Est, se souciant peu des quelques 250 000 civils piégés sur place », rappellent les ONG. Dans la plus totale impunité en raison notamment du fait que « la Russie continue d’abuser de son pouvoir de veto au Conseil de Sécurité ». Empêchant ainsi toute tentative d’arrêter ce massacre.

Réagir, enfin

« L’ONU ne peut pas laisser se produire un nouveau Srebrenica, un nouveau Rwanda, et à moins que quelque chose ne soit fait, c’est malheureusement ce que nous acceptons de laisser se produire sous nos yeux », a déclaré l’envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie, Steffan de Mistura.

« Nous saluons l’initiative du Canada cherchant à mobiliser l’Assemblée Générale de l’ONU, et nous exhortons tous les Etats membres à rejoindre les 73 pays, de tous les continents, qui la soutiennent déjà », insiste la coalition mondiale composée de 223 organisations de la société civile. « Ces pays devraient travailler à une session extraordinaire d’urgence de l’Assemblée Générale le plus rapidement possible, tel que les Etats membres de l’ONU l’ont fait par le passé lorsque le Conseil de Sécurité était bloqué. »

Partager cet article