L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a présenté ce 27 juin l’efficacité d’un nouveau médicament pour lutter contre les hémorragies du post-partum. La carbétocine thermostable, une molécule plus facile à conserver que l’actuel traitement de référence, l‘ocytocine.

Selon l’OMS, la « carbétocine thermostable est aussi sûre et efficace que l’ocytocine pour prévenir l’hémorragie du postpartum ». Pour preuve, les résultats de l’étude CHAMPION, menée par l’OMS en collaboration MSD for Mothers et Ferring Pharmaceuticals.

30 000 femmes dans 10 pays

Au total, 30 000 femmes ont été incluses dans cet essai, à travers 10 pays : l’Afrique du Sud, l’Argentine, l’Égypte, l’Inde, le Kenya, le Nigéria, l’Ouganda, le Royaume Uni, Singapour et la Thaïlande. « Chaque femme a aléatoirement reçu une seule injection de carbétocine thermostable ou d’ocytocine, immédiatement après la naissance de son enfant. L’étude a révélé que les deux médicaments étaient aussi efficaces pour prévenir les saignements excessifs après la naissance. »

« Efficace pendant au moins 3 ans »

Mais avantage non négligeable, la carbétocine thermostable « ne nécessite pas de réfrigération et conserve son efficacité pendant au moins 3 ans si elle est stockée à 30 degrés Celsius et à 75% d’humidité relative ».

En revanche, l’ocytocine, traitement actuellement employé pour limiter les saignements excessifs de la femme à l’accouchement, « doit être stockée et transportée entre 2 et 8 degrés Celsius ». Un paramètre compliqué dans certains pays. « Cela empêche de nombreuses femmes d’accéder à ce médicament salvateur ; et, lorsqu’elles arrivent à se le procurer, celui-ci risque d’être moins efficace du fait de l’exposition à la chaleur », déclare le Dr Metin Gülmezoglu, du Département Santé reproductive et recherche de l’OMS.

« La mise au point d’un médicament pour prévenir les hémorragies du post partum qui reste efficace dans des conditions chaudes et humides est une très bonne nouvelle pour les millions de femmes qui accouchent dans des régions du monde privées d’accès à une réfrigération fiable ». Prochaine étape, « l’examen réglementaire et l’approbation des autorités nationales ».

A noter : chaque année, l’hémorragie du post-partum coûte la vie à 70 000 femmes. Un accident qui « majore également le risque de voir leur enfant décéder dans le mois qui suit ».

*Carbetocin HAeMorrhage PreventION

Partager cet article